CARAN D'ACHE 2
   
 
FESTIVAL DE SURESNES
8ème FESTIVAL DE LOUVIERS
Démocratiquement Croqués 2004
SALON I-EXPO
LA FECO FRANCE
 
 


En 1892
, Caran d'Ache publie " Carnet de chèques " inspiré par un scandale d'Etat : " L'affaire du Canal de Panama ". L'album raille l'affairisme des milieux bourgeois et politiques.

En 1895, Caran d'Ache participe à la revue " Le Rire ".
Il illustre entièrement 3 numéros spéciaux.
- Le premier sur la tactique militaire.
- Le second sur la guerre des Boers en Afrique du Sud
- Le troisième en 1902 sur le voyage du Président LOUBET en Russie.
Il débute également sa collaboration au quotidien " Le Figaro ". Il publie dans ce journal tous les lundis, pendant une dizaine d'années, un dessin inspiré de l'actualité.
Ces pages seront reprises en albums sous le titre " Les lundis de Caran d'Ache ".

En janvier 1898, Emile Zola publie son célèbre
" J'accuse " pour dénoncer le procès et la
condamnation du Capitaine Dreyfus.
Caran d'Ache avec la collaboration de Forain fonde en février le journal " Psst… ! " . Ce journal, qui comptera 85 numéros entièrement composés de dessins de Forain et Caran d'Ache, fait preuve d'un antisémitisme virulent et s'accompagne d'une défense farouche de l'honneur militaire.

En 1902, " L'Assiette au Beurre ", journal qui véhicule une idéologie d'extrême gauche voire anarchiste et dont un des thèmes dominant est l'antimilitarisme rend hommage au talent d'artistes de Caran d'Ache, en lui offrant de publier un numéro spécial intitulé :
" Ferblanterie ", qui raille la course aux médailles et décorations (Caran d'Ache était particulièrement amer de ne pas être décoré de la Légion d'Honneur !)


Caran d'Ache dans son atelier

Caran d'Ache meurt en 1909 à 50 ans. Ses dessins et son atelier sont dispersés en vente publique à l'Hôtel Drouot.

Page précédente